Aller au contenu. | Aller à la navigation

bibliothèques de Verviers

Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / bibliothèques de Verviers / Idées de lectures / Suggestions / Dépasser la mort : l’agir de la littérature, M.Watthee-Delmotte

Dépasser la mort : l’agir de la littérature, M.Watthee-Delmotte

[suggestion] Essai littéraire

La littérature peut-elle nous aider à traverser un deuil? La réponse de Myriam Watthee-Delmotte est “oui”.

Dans cet essai remarquable résultant d’une somme considérable de recherches, et par une multitude d’exemples, l’autrice va nous le démontrer. Au travers de romans, de pièces de théâtre, de poésies, de souvenirs personnels, d’éloges funèbres, de chansons ou même d’écrits électroniques, cette académicienne belge et professeure à l’Université Catholique de Louvain, développe une analyse très fouillée, visant à démontrer l’impact que peuvent avoir les œuvres littéraires sur le deuil et la communauté des endeuillé·e·s.

Depuis l’Antiquité grecque jusqu’à Stromae ou Barbara, en passant par Bossuet, Mallarmé, Henry Bauchau, Laurent Gaudé, François Emmanuel, Anatole France et tant d’autres, connu·e·s ou moins connu·e·s, l’autrice dégage dans la construction de ces écrits, des lignes motrices communes, une typologie particulière, un cheminement infaillible.

Qu’il s’agisse d’une oraison funèbre de Bossuet, qui fut le spécialiste du genre, ou du discours du président Macron lors des funérailles de Johnny Halliday, quatre siècles plus tard, Myriam Watthee-Delmotte établit des parallèles interpellants quant à la manière même de rédiger ces textes (qui semble n’avoir quasiment pas évolué) et comment ces derniers sont sensés agir positivement sur l’affect de leur auditoire, en créant d’invisibles liens.

De l’inhumation dans l’intimité à la stèle funéraire, du monument aux morts pour la patrie, jusqu’au transfert au Panthéon des cendres de personnalités, l’autrice analyse l’influence que peuvent avoir les écrits rédigés dans de telles circonstances sur le lecteur ou la lectrice éprouvé·e par la perte d’un être cher. Et explique ainsi que la littérature joue un important rôle sociétal, rassemblant ces personnes endeuillées au travers de sentiments plus vastes que leur chagrin personnel, les aidant à accomplir les différentes étapes de leur deuil, jusqu’à la sérénité. La consolation se trouve donc bien dans les livres et dans les mots. Puisque l'être humain est bien le seul être vivant à honorer ses morts par des commémorations.

Cet essai, parfois ardu, est complété par une bibliographie exhaustive des œuvres citées et même de références musicales (pour celles et ceux qui voudraient accompagner leur lecture d’un fond sonore).

 


[Une suggestion de Colette]

 

 

 

Actions sur le document

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portlet de texte statique
Portlet de texte statique
Portlet de texte statique