Aller au contenu. | Aller à la navigation

bibliothèques de Verviers

Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / bibliothèques de Verviers / Idées de lectures / Suggestions / Le pays des autres, L.Slimani

Le pays des autres, L.Slimani

Mots-clés associés :
[suggestion] Roman

Après avoir exploré le thème de l’addiction sexuelle avec Le jardin de l’ogre en 2014 et celui de l’infanticide en 2016 avec Chanson douce, qui a reçu le Prix Goncourt et a récemment été adapté au cinéma avec Karine Viard dans le rôle de la nounou meurtrière, Leïla Slimani publie le premier tome d’une trilogie consacrée à son pays natal, le Maroc.

Ce roman est largement inspiré par son histoire familiale. Il couvre dix années, de la fin de la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à l’indépendance du Maroc en 1956.

Après la Libération, Mathilde, jeune alsacienne, quitte la France et part s’installer à Meknès avec son mari Amine, jeune marocain qui a combattu dans l’armée française en 1944. Amine tente là-bas d’exploiter un domaine hérité de son père mais il est trop rocailleux et ne permet pas de cultures rentables. Quant à Mathilde, elle vivra dans la désillusion, dans la souffrance d’être une étrangère, d’être une femme non musulmane. Elle subira le regard et le jugement de la famille d’Amine mais aussi celui des Meknésiens. Elle travaillera dur à la ferme auprès de son mari, tentera de se faire une place dans un monde dirigé par des hommes. On ressent beaucoup de tristesse et de solitude chez Mathilde, qui a tout quitté pour suivre Amine au Maroc dans l’espoir d’une belle vie. L’émancipation des femmes traverse tout le roman, comment trouver sa place dans un monde dirigé par des hommes? Il n’y a pas de réponse unique, chaque personnage féminin du roman tente de vivre selon ses propres convictions, imposées ou non par la société marocaine.

Dans cet exil volontaire, Mathilde donnera naissance à deux enfants, Aïcha et Sélim, qui eux aussi souffriront dans ce pays des autres, ni tout à fait Français, ni tout à fait Marocains.

Si le style est moins incisif que dans ses deux premiers romans, Leïla Slimani garde le même talent d’écriture pour décrire la psychologie de ses personnages, les dilemmes qui les hantent, les déchirements intérieurs. La guerre est omniprésente, guerre mondiale, guerre coloniale et surtout guerre intérieure où chaque personnage lutte pour trouver sa voie, faire sa place, construire sa vie, tout simplement.

Le roman est magnifique et mêle la grande histoire et le destin individuel. Un livre à découvrir absolument!

 


[Une suggestion de Françoise]

 

 

Actions sur le document

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portlet de texte statique
Portlet de texte statique
Portlet de texte statique